Archives du mot-clé summertime

Retro / Summertime

Voila ! Avec la fin de l’été, le jeu du summertime se met en sommeil le temps d’un hiver. Pour ce dernier défi estival, j’ai choisi donc broder mon summertime autours de l’esthétique, une esthétique toute particulière, l’image telle que je le conçois, de la féminité.

J’ai toujours en tête une silhouette bien dessinée, pas nécessairement mince, chic et pourtant  » trendy « , pas forcément maquillée mais plutôt lumineuse, de la fraîcheur, un joli maintien et le menton haut pour un joli port de tête.

J’aime les femmes légèrement apprêtées, juste ce qu’il faut, sans pour autant avoir l’air d’être déguisé et perdre son aisance naturelle. Un style simple et des lignes pures, rien de chargé qui fasse écran à celle qui porte les vêtements, inutile de  » s’oublier « .

Il y a aussi le geste, une gestuelle gracieuse sans pour autant non plus danser un ballet à chaque mouvement, un rire charmant et un œil plein d’assurance. Un jeu de funambule ou l’assurance et le respect de soi sont des cartes essentielles dont il faut parfois user avec équilibre.

Comment jouer pour ce dernier summertime ? Retrouvez toutes les règles sur ce post ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous, une dernière fois, au travers de la toile vers d’autres univers & summertime que j’ai aimé redécouvrir chaque weekend : Merci Pétale sur un fil, Merci Créat’it, Merci Sur un blog perché, Merci 42to43, Merci Pas à pas, le chemin, Merci Lulu la lucette, Merci Lili Plume. Merci à toutes !

Greene Milton - Jean Pachett_BO_Khol Tom Palumbo_sautoir_cobalt Rutledge_Richard_Mulotb_braceletsHalo

Greene Milton / Tom Palumbo / Rutledge Richard / Collection COLOR Mulot B.

Summertime / Play

Avant dernier dimanche de septembre, et déjà l’été se termine. Notre jeu estival, le summertime, va bientôt prendre fin et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé chacune d’entre vous durant cet été.

Partager un bout du quotidien, une vision, parfois des sentiments liés à des événements d’une vie réelle qui nous occupe particulièrement, est un lien tissé tenu mais fort dont j’aime mesurer la solidité chaque année. Il est semblable à une amarre  que j’ai plaisir à lancer vers vous, chaque été, et que vos mains tendues retiennent à leur tour. Merci.

Ce dimanche sera donc presque le dernier rendez-vous. Mon summertime se passe, encore et ce n’est pas très original, à l’Atelier – j’y dormirais presque. J’ai fait une pause en scrutant mes petites protégées qui n’en finissent pas de pousser et de s’épanouir. Qu’il est gratifiant de voir ce que que l’on plante et ce dont on s’occupe, donner des fleurs, naitre une pousse et grandir. Récolter les fruits de son travail et de ses attentions. La vie n’a jamais aussi bien tiré ses maximes de notre quotidien et de ce que l’on chérit.

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Barbibouille, My first box, Pas à pas le chemin, 42 to 43.

Mulot_B_suculentes3 Mulot_B_suculentes_donotcopyMulot_B_suculentes_donotcopy Summertime12_Le_douanier_rousseau_la_charmeuse_de_serpent

Succulentes / Mulot B. / La charmeuse de serpent / Henri Douanier-Rousseau

Montréal / Summertime

Dimanche. Un ciel éclatant de bleu, et le soleil doré de septembre. La même lumière que celle qui nous a inondé, il y a quelques mois, à Montréal au Canada. Autre temps, autre latitude, une ville à part, suspendue.

De ce périple, dont je laisse défiler les images devant moi, je retiendrais l’extraordinaire sentiment d’empathie. Chacun regarde l’autre, chacun veille, chacun pose une main sur l’épaule de celui qui le précède, et lui murmure  » je suis là, je veille « . Qu’il est bon de ne pas tout le temps être sur ses gardes, baisser les poings, lever le tête et regarder le ciel dont les flèches des gratte-ciels inspirent l’ingéniosité d’une Montréal vibrante d’idées.

Et si Montréal, le Québec, le Canada était le nouvel  » el dorado  » d’une France qui s’étrangle et qui peine à imaginer, s’imaginer, se ré-inventer d’une autre manière. Différente, plus libre, plus solidaire, où chacun célèbre la réussite de l’autre, accepte d’expérimenter et d’entreprendre. Un nouveau pays, an european dream …

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Pétale sur un fil, Lulu la lucette , Pas à pas, le chemin et Ramage.

Montreal_Canada_14_09 Montreal_Canada2_14_09 Montreal_Canada4_14_09Montreal_Canada3_14_09

 » Voici planer le vol de l’ombre sur la ville.

Le soir, le front nimbé d’étincelants joyaux illumine l’amas des foules qui défilent dans l’affreux nonchaloir qui succède aux travaux.

Montréal, ruche en fièvre où fourmille l’essaim des puissances hétérogènes de la vie, Montréal lumineux réseaux et luisants pavés, ruissellements diffus des faisceaux des lumières, ville aux cents carrefours dont les blanches artères, roulent confusément des peuples énervés.

Montréal, lourde nuit, violons, guitares, bars béants, reflets roux sommeillant aux vitraux  »

Montréal 2014 / Mulot B. / Les soirs rouges / Clément Marchand / 1930

Atelier / Summertime

La semaine a été pour le moins tonitruante, et l’atelier n’a jamais été aussi éparpillé, rangé, bousculé pour être de nouveau remis en place.

Je travaille, en ce moment sur la nouvelle collaboration 2015 avec la maison Louise Dentelle. Une nouvelle collection de robes doivent être serties et parées.

Et déjà, octobre s’annonce avec 3 dates d’événements qui me tiennent tout particulièrement à cœur : Le Oh My Blog Tour à Toulouse prévu le 4 octobre, Le Ouiii Atelier les 18 et 19 octobre à Nice, et La Noce le 25 octobre, à Marseille. Un mois d’effervescences, de beaux projets qui prennent corps et de rencontres fertiles ( Malmö & Lulea, édition 6 frémit de nouveau pour renaitre ).

Et pourtant malgré cette cavalcade, j’ai plaisir à retrouver le refuge de mon atelier. Il y règne un silence bienséant, propice à cet instant où le souffle manque et la pause devient nécessaire. Pipa ne s’y est pas trompée, occupant docilement le fauteuil par son indolence de jeune chatte. Un summertime placé, donc, sous le signe de la création isolée et intime de l’atelier, lieu de bric-à-brac de l’idée où reposent les inspirations non réclamées, en attente d’une étincelle et d’un bijou à façonner.

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Lulu la lucette, Pétale sur un fil, Pas à Pas, le chemin … et Sur un blog perché.

Hugo_Erfurth_Cartier-Bresson_Kalter copyright Property Mulot B. / do not copy.

Otto Dix dans son atelier / Hugo Erfurht / Henri Matisse / Henri Cartier-Bresson /        Annette Messager / Marion Kalter / Pipa à l’Atelier / Mulot B.

Louise / Summertime

Il est parfois des femmes qui vous inspirent bien plus loin qu’une simple coiffure, un regard ou une mimique. Il est des femmes dont la personnalité et le caractère brillent bien des années, et des décennies encore après leur départ. Louise Brooks est une femme et une artiste que j’aime particulièrement – frondeuse sous ses airs de fille sage. Elle a vécu le point levé et la moue boudeuse, bravant les interdits d’une société faussement puritaine.

J’en profite pour m’excuser du couac de la semaine dernière, maitrisant encore mal la parution ajournée, mon summertime ne s’est pas posté comme prévu le samedi soir ( étant bien occupée à la noce, dans un très joli château tourangeau ) . Ce summertime raté n’étant pas d’actualité, je me décide finalement à vous en offrir  un nouveau, plutôt que l’ancien – beaucoup moins raccord avec mon état d’esprit du moment.

J’ai terminé la mise en image de la nouvelle collection  » C O L O R  » , une collection colorée et féminine, s’inspirant des mondaines des années 20, sillonnant les jolies stations huppées de bord de mer. Les Intemporels font leur retour, aussi, sous l’œil tendre de la douce May du joli site Vie de Miettes. J’aurais le plaisir de vous parler plus en détail de cette collaboration esthétique qui m’a offert de bien jolis moments de complicité et d’amitié. Pour ce summertime, j’ai choisi une jolie photo prise par la demoiselle – je suis le modèle. Une photo que j’aime tout particulièrement.

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Pas à pas le chemin, Anisbee, Ma vie en couleurs et Pétale sur un fil.

Louise Brooks copy. Eugene Robert Richee Les Intemporels 2015 copyright May Lopez

Louise Brooks / Eugene Robert Richee / Les Intemporels / Vie de miettes

Matin / Summertime

Très tôt, le matin, l’été, j’aime me réveiller dans la tiédeur du lit.

Je tente alors de vaincre le sommeil et profiter du silence d’une journée qui s’étire. Dehors, les bruits de la ville s’élèvent peu à peu, doucement : le bruit du verre qui roule et que le balai ramasse, un bonjour sonore ou encore le sifflotement suspendu du badaud qui termine une nuit de travail.

Dehors cette lumière du matin, blanchit par un soleil timide, l’été qui s’allume. Le rituel alors, de ces journées spéciales où l’aurore se lève avec moi, est de laisser siffler un peu la bouilloire, m’asseoir un moment, les coudes pointus posés sur la table et de rêvasser les yeux encore écarquillés par le buée du petit matin.

« J’ai embrassé l’aube d’été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombre ne quittaient pas la route du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq. A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi.  »

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Sur un blog perché, Une grenouille dans mon désert et Ma vie en couleurs.

Summertime9_terraruimAube, Les Illuminations / Arthur Rimbaud / Terraruim & Aube Mulot b.

Succulentes Collection / Summertime

Toute mon enfance a été fleurie par les petits pots de succulentes que ma mère cultivait sur la terrasse et dans de jolis terrariums qu’elle aimait à loisir changer. De ces jardins miniatures, j’aimais en collecter les  » artichauts  » et autres cuisines végétales qui poussaient tout azimut, hors des jarres et des pots de terre. Je les coupais et comme ma mère, je les posais au hasard, des endroits du jardin. Parfois cette greffe impromptue prenait, parfois elle ne prenait pas. Et mon bonheur résidait, à retrouver ce bouturage sauvage oublié durant quelques semaines, bien ancré dans la terre, prêt à donner de plus petites succulentes encore.

Aujourd’hui, je cultive toutes ces jolies petites plantes aux noms incroyables – joubarde ou barbe de Jupiter, ceropegia ou chaîne des cœurs, seneccio haworthii ou blanche-neige, echeveria cilliata, lithops ou pierre vivante, et autre sedum et villatia. Elles poussent au hasard de mon balcon, d’une bordure de cheminée ou encore d’un étal en bois de mon atelier. Familières et discrètes, autonomes et plantes hermaphrodites, les succulentes se divisent, montent, fleurissent, s’abandonnent … pour finalement renaitre, encore, dans des formes ingénieuses et parfois monstrueuses.

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers – Lulu la lucette, 42to43, Créat’it, Lucyfaire, Sur un blog perché et Bidouillé par Lili.

Succulentes_plantes_atelier_mulot_b Succulentes_plantes_atelier_mulot_bCroquis de costumes, Sonia Delaunay

Collection de succulentes / Mulot b. / Croquis de costumes / Sonia Delaunay

C A T / Summertime

Quatre petits yeux perçants, des moustaches qui frissonnent, tout un tas de petites dents pointues, des miaulements en pagaille. Il y a tout juste une semaine, nous avons adopté deux petits chatons prénommés Pipa et Pépé. Deux caractères bien différents : un roux qui chante et  » sérénade  » pour tout et n’importe quoi et une petite  » isabelle  » intelligente et souveraine au museau pointu.

Et puis, retrouver le cliquetis des griffes sur le parquet, les salutations d’usage du matin, la douceur de leur fourrure animée, le ronronnement du bruit de leurs petits moteurs bienveillants. Combien ces habitudes m’avaient manqué et combien cela m’avait blessé de ne plus les entendre.

Je vous présente officiellement, pour ce summertime, Pipa et Pépé, nouveaux pensionnaires à fourrure et jumeau infernal, comploteurs en toute genre, à l’imagination débridée en matière de bêtises et autres blagues incongrues, partner in crime.

Avec un petit clin d’oeil pour ce summertime, à Mr Mulot a.k.a Gorobei,  dessinateur et illustrateur, qui travaille à mes côtés littéralement ( son atelier de dessin est adjacent au mien ) et à qui je dédicace cette illustration de Guarnido, dessinateur espagnol de talent. Et pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers – Pétale sur un fil, Créat’it, FrouFrou et Capucine, Une grenouille dans mon désert, Lulu la lucette, Sur un blog perché, Anisbee, Ma vie en couleurs42to43 et Bidouillé par Lili.
Summertime_blacksad_guarnido Summertime7_PEPE_PIPA

Blacksad / Guarnido / Pépé et Pipa / Partner in Crime

Atelier d’été / Summertime

L’ombre fraîche. La chaleur voilée d’une pièce aux volets tirés, le plaisir du calme que l’on enferme une fois les persiennes tirées. Silencieux espace où le temps est suspendu à la température, alors qu’au dehors semble s’égosiller, une nature grillée par le soleil, rompue par la chaleur. Et dehors chante les cigales et grésille l’été.

Je retrouve avec plaisir la chaleur suffocante de la ville rose, celle qui réchauffe les corps, amollit les esprits, apaisante torpeur. A l’ombre des murs de mon atelier,  je vous livre un summertime inspiré du sud, typiquement toulousain. Chercher la fraicheur, traquer l’ombre fraiche, se laisser glisser dans la brume d’une agape pour finalement recommencer à vivre à l’heure où le soleil se couche et commence la fête.

Pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres summertimes – Lulu la lucette, Une grenouille dans un désert, Créat’it, Ma vie en couleurs, Pétale sur un fil, Sur un blog perché, Froufrou & capucine, L’atelier d’Ehaa, Bidouillé par Lili, et 42 to 43

Atelier_Chardon_juillet©MulotB Summertime6_Julie_blackmon

Atelier, chardon et Terraruim Mulot b . / Hair / Julia Blackmon Robert Mann Gallery

Histoire / Summertime

Une escapade au pays de mon enfance – Tours – un retour aux sources, dans une maison qui regorge d’affaires hétéroclites, reflets d’une autre époque. Les histoires se croisent, souvenirs de voyages de mon père, morceaux de vies échappées d’une famille éclatée, recomposée et ré-inventée, peuplées par les fantômes de plusieurs histoires familiales.

Bon summertime – Pétale sur un fil, l’atelier d’Ehaa, Créat’it, Le toccata de la machine, Une grenouille dans mon désert, Bidouillé par Lili, Ma vie en couleurs et Sur un blog perché.

Summertime / Mulot b. tous droits reservesBlossfeldt tous droits reserves

Family Portrait / Mulot b. / Karl Bloosfeldt