Archives du mot-clé Summer

Montréal / Summertime

Dimanche. Un ciel éclatant de bleu, et le soleil doré de septembre. La même lumière que celle qui nous a inondé, il y a quelques mois, à Montréal au Canada. Autre temps, autre latitude, une ville à part, suspendue.

De ce périple, dont je laisse défiler les images devant moi, je retiendrais l’extraordinaire sentiment d’empathie. Chacun regarde l’autre, chacun veille, chacun pose une main sur l’épaule de celui qui le précède, et lui murmure  » je suis là, je veille « . Qu’il est bon de ne pas tout le temps être sur ses gardes, baisser les poings, lever le tête et regarder le ciel dont les flèches des gratte-ciels inspirent l’ingéniosité d’une Montréal vibrante d’idées.

Et si Montréal, le Québec, le Canada était le nouvel  » el dorado  » d’une France qui s’étrangle et qui peine à imaginer, s’imaginer, se ré-inventer d’une autre manière. Différente, plus libre, plus solidaire, où chacun célèbre la réussite de l’autre, accepte d’expérimenter et d’entreprendre. Un nouveau pays, an european dream …

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Pétale sur un fil, Lulu la lucette , Pas à pas, le chemin et Ramage.

Montreal_Canada_14_09 Montreal_Canada2_14_09 Montreal_Canada4_14_09Montreal_Canada3_14_09

 » Voici planer le vol de l’ombre sur la ville.

Le soir, le front nimbé d’étincelants joyaux illumine l’amas des foules qui défilent dans l’affreux nonchaloir qui succède aux travaux.

Montréal, ruche en fièvre où fourmille l’essaim des puissances hétérogènes de la vie, Montréal lumineux réseaux et luisants pavés, ruissellements diffus des faisceaux des lumières, ville aux cents carrefours dont les blanches artères, roulent confusément des peuples énervés.

Montréal, lourde nuit, violons, guitares, bars béants, reflets roux sommeillant aux vitraux  »

Montréal 2014 / Mulot B. / Les soirs rouges / Clément Marchand / 1930

Matin / Summertime

Très tôt, le matin, l’été, j’aime me réveiller dans la tiédeur du lit.

Je tente alors de vaincre le sommeil et profiter du silence d’une journée qui s’étire. Dehors, les bruits de la ville s’élèvent peu à peu, doucement : le bruit du verre qui roule et que le balai ramasse, un bonjour sonore ou encore le sifflotement suspendu du badaud qui termine une nuit de travail.

Dehors cette lumière du matin, blanchit par un soleil timide, l’été qui s’allume. Le rituel alors, de ces journées spéciales où l’aurore se lève avec moi, est de laisser siffler un peu la bouilloire, m’asseoir un moment, les coudes pointus posés sur la table et de rêvasser les yeux encore écarquillés par le buée du petit matin.

« J’ai embrassé l’aube d’été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombre ne quittaient pas la route du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq. A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi.  »

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Sur un blog perché, Une grenouille dans mon désert et Ma vie en couleurs.

Summertime9_terraruimAube, Les Illuminations / Arthur Rimbaud / Terraruim & Aube Mulot b.

C A T / Summertime

Quatre petits yeux perçants, des moustaches qui frissonnent, tout un tas de petites dents pointues, des miaulements en pagaille. Il y a tout juste une semaine, nous avons adopté deux petits chatons prénommés Pipa et Pépé. Deux caractères bien différents : un roux qui chante et  » sérénade  » pour tout et n’importe quoi et une petite  » isabelle  » intelligente et souveraine au museau pointu.

Et puis, retrouver le cliquetis des griffes sur le parquet, les salutations d’usage du matin, la douceur de leur fourrure animée, le ronronnement du bruit de leurs petits moteurs bienveillants. Combien ces habitudes m’avaient manqué et combien cela m’avait blessé de ne plus les entendre.

Je vous présente officiellement, pour ce summertime, Pipa et Pépé, nouveaux pensionnaires à fourrure et jumeau infernal, comploteurs en toute genre, à l’imagination débridée en matière de bêtises et autres blagues incongrues, partner in crime.

Avec un petit clin d’oeil pour ce summertime, à Mr Mulot a.k.a Gorobei,  dessinateur et illustrateur, qui travaille à mes côtés littéralement ( son atelier de dessin est adjacent au mien ) et à qui je dédicace cette illustration de Guarnido, dessinateur espagnol de talent. Et pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers – Pétale sur un fil, Créat’it, FrouFrou et Capucine, Une grenouille dans mon désert, Lulu la lucette, Sur un blog perché, Anisbee, Ma vie en couleurs42to43 et Bidouillé par Lili.
Summertime_blacksad_guarnido Summertime7_PEPE_PIPA

Blacksad / Guarnido / Pépé et Pipa / Partner in Crime

Atelier d’été / Summertime

L’ombre fraîche. La chaleur voilée d’une pièce aux volets tirés, le plaisir du calme que l’on enferme une fois les persiennes tirées. Silencieux espace où le temps est suspendu à la température, alors qu’au dehors semble s’égosiller, une nature grillée par le soleil, rompue par la chaleur. Et dehors chante les cigales et grésille l’été.

Je retrouve avec plaisir la chaleur suffocante de la ville rose, celle qui réchauffe les corps, amollit les esprits, apaisante torpeur. A l’ombre des murs de mon atelier,  je vous livre un summertime inspiré du sud, typiquement toulousain. Chercher la fraicheur, traquer l’ombre fraiche, se laisser glisser dans la brume d’une agape pour finalement recommencer à vivre à l’heure où le soleil se couche et commence la fête.

Pour jouer, retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres summertimes – Lulu la lucette, Une grenouille dans un désert, Créat’it, Ma vie en couleurs, Pétale sur un fil, Sur un blog perché, Froufrou & capucine, L’atelier d’Ehaa, Bidouillé par Lili, et 42 to 43

Atelier_Chardon_juillet©MulotB Summertime6_Julie_blackmon

Atelier, chardon et Terraruim Mulot b . / Hair / Julia Blackmon Robert Mann Gallery

Cocktails II / Revue de Presse

Que celui qui n’ait jamais éprouvé le plaisir rafraichissant d’un verre de spiritueux, lorsque la nuit s’étire et silencieux chacun rêve à de jolies idées ou l’étrange impression d’avoir étanché toute la soif du monde, avec une simple gorgée de bière fraîche, me jette la première pierre. Je ne peux m’empêcher de vous transmettre 2 nouvelles recettes de cocktails piochées dans le simple et chic  magazine EMMA – For the modern domectic. Une petite perle dont nos jolies voisines américaines ont le secret et qui inspirent à de bien jolis moments gourmands et créatifs !

Recette du Kumquat Mojito – 10 feuilles de menthe fraîche, 3 citrons ( 2 à presser et un ajouter en quart ou en rondelle dans le mélange ), 4 kumquats à couper, 2 cuillères à café de sucre cassonade, de la glace pilée, 30 ml de rhum blanc.

Recette du Summer Shandy – 65 g de miel, 2 cuillères à café de sucre cassonade, 6 citrons pressés, 1 litre et demi d’eau fraîche, 130 g de myrtilles coupées en 2, et un pack de 6 bière de votre marque préférée ( blonde de préférence ou rousse – alléger les mesures en sucre alors ).

Copyright_EMMA_Magazine Copyright_EMMA_Magazine2

Cocktails / Revue de Presse

Voila l’été, et sa litanie de cocktails plus grisants les uns que les autres. Je vous propose 2 jolies recettes rafraichissantes et réellement inspirées par des températures estivale, directement puisées chez Munch Magazine revue culinaire américaine et tentation gourmande extrême.

Recette du Sweet Ecetera – Faut -il vraiment traduire cette excellente appellation – 40 ml de gin + 15 ml de sirop de fraise + 30 ml de de jus de pamplemousse + soda ( ginger ale ou schweppes par exemple ). Réserver au frais, évidemment.

Recette du Mint Flower – 40 ml de gin + 25 ml de chartreuse (à l’angélique verte) + 15 ml de jus de citron vert + 25 ml de sirop de lavande. Réserver au frais et agrémenter de glace pilée.

Recette_cocktail_Munch Recette Munch copyright