Archives du mot-clé plantgang

Avocat / Green Life

Juin. De retour, les sifflants martinets aux ventres blancs et aux ailes fuselées, les petits matins tièdes, les persiennes closes d’après-midi trop chaudes, et tout un tas de choses gourmandes dans notre assiette.

Je succombe depuis quelques temps, à toutes ces jolies recettes dites  » californiennes  » qui consistent en  » écrasés de légumes « , et tout plus particulièrement de l’avocat ( un petit jus de citron, une pincée de gingembre, quelques feuilles de basilic ciselées et voila ). Mais une fois la chose dégustée, que faire de ses innombrables petits noyaux ?! Et bien, tout simplement, les mettre à l’eau et les faire germer à  l’aide de 3 cure-dents, d’un verre d’eau et d’un joli noyau d’avocat au préalablement lavé.

Piquez le noyau d’avocat à 3 endroits, au même niveau, de manière à pouvoir maintenir la partie basse de celui-ci, dans un verre d’eau. Veillez à ce que celui-ci est toujours les fesses mouillées et reste immergé à la base. Laissez germer tranquillement.  Le processus peut être long  – parfois cela germe d’un coup, parfois cela met un bon mois, parfois pas du tout. Une fois, l’avocat germé, laissez le développer ces racines dans le récipient, en respectant bien les précédentes conditions. Changez l’eau régulièrement.

Une fois les racines apparues ( un réseau de 3 ou 4 centimètres ) 2 options possibles : changez de récipient pour quelque chose de plus haut et laissez le grandir dans l’eau. C’est à mon sens, le processus qui permet de garder la plante développée le plus longtemps possible ( 3 à 4 ans, en ce qui me concerne avec un réseau de racines extraordinaires ).

Ou vous pouvez replanter le noyau et ses racines en terre, et tentez de faire pousser votre petit avocat. Il va grandir davantage en tige et faire des feuilles. Mais la durée de vie est un peu moins longue, les feuilles ont tendances à tomber. Dans les 2 cas, rien de plus simple, à vous de jouer !

avocat_mulotb

Show your Gang / Play

Show your gang ! Quelques mots qui n’auront pas manqué de passer inaperçu pour les grandes amoureuses de folies végétales et de jardins intérieurs.

Un très joli challenge de mai, trusté par le joli duo Urban Jungle Bloggers composé d’Igor de Happy Interior Blog et de Judith de Joelix.com, et qui consiste à mettre en lumière nos closeries végétales et autres petits coins de verdure, dans notre quotidien. Une collection, je l’avoue, qui prend une grande place dans mon intérieur puisque mon salon est aménagé autours de deux grands étagères dans le style industriel, qui regroupent les plus robustes spécimens de la famille. Les plus fragiles et délicates sont installées, elles sur le manteau de la cheminée, abritées de la lumière directe et du passage.

En grande partie issues de boutures, parfois d’expériences sauvages, je les cultive en terre ou en eau, sans différence aucune. Le philodendron, à côté de la Remington, est ma toute première plante, issue d’un petit bout de bouture d’une plante de chez ma mère. Certaines me suivent imperturbables aux changements et aux déménagement successifs. Je sais exactement de qui elles viennent et pourquoi elles sont ici et à quel moment elles sont susceptibles de fleurir, c’est le cas de mon calathea aux splendides feuilles veloutées. Elles sont le reflet de mes humeurs du moment. Parfois l’étagère se vide pour laisser place uniquement aux succulentes qui moutonnent en petites plantes closes. Parfois je la remplis des plus exubérantes et productives d’entre elles, histoire de remplir l’espace.

Urban Jungle Blogger copyright mulotb