Archives du mot-clé jeu de blog

Photo Project #8

Livre. Dévider les histoires comme les écheveaux de fils. Du bout des doigts, suivre les cours de mots et chevaucher les récits multiples de vies écrites.

Voyager de fond en comble et vivre des existences aux couleurs incroyables, parcourir les sens du bout des mots entre les phrases qui se mêlent aux odeurs. Respirer le gout du ciel dans la cour d’un aveu soufflé au creux du lit, pourfendre la peine dans la disparition d’un navire échoué sur le dos d’une baleine ou goûter du bout des lèvres les parfums de lieux secrets où s’échangent objets, rumeurs et libres – courts.

Il est si bon de trouver refuge dans un livre, lorsque nos existences vacillent et que le sens s’effile ou s’étiole le long des inquiétudes et des questionnements. Ils sont toujours de bons conseils et permettent cette respiration qui manque parfois aux décisions de la vie.

Bon dimanche à vous. Évadez – vous.

photo_project_8 photo_project_8(bis)Pour voyager aux creux des mots, au – delà des couvertures » Photo Project « , filez sur le blog de Lauriane et découvrez livres | Livres . PP#8 © Mulot B.

Photo Project #4

Flou. Brumeux. Indécis. Vaporeux. Vague.

Ces derniers jours, j’ai eu l’impression de regarder la vie derrière la fenêtre d’un train lancé à grande vitesse sur les rails. Cette petite ivresse qui vous prend quand parfois le rythme des choses vous échappe.

Passer l’inconfort des premières impressions, il n’est parfois pas si désagréable de se laisser submerger et de laisser toutes les choses se déroulaient à brides abattues. Au fond, comme beaucoup d’entre nous, me sentir débordée me donne l’impression d’être vivante.

Juste ce qu’il faut. Pour voir les choses devant moi, les accomplir  et les laisser venir à moi d’elles – même, sans trop prévoir. Faire au jour le jour et relever des yeux vagues sur les heures qui s’étirent.

Encore une fois le thème de  » Photo Project  » était particulièrement inspirant pour moi. Une semaine à 100 à l’heure où tout s’est échappé pour revenir à la normale, doucement. Il m’a fallu émerger et retrouver le rythme. Et quoi de mieux que de se synchroniser sur les battements du cœur de  » l’Atelier  » et des filles.

photo_project_4_copyright_MulotBAtelier_Janvier16_copyright_MulotBAtelier_Janvier16_copyright_MulotBPour retrouvez les flous artistiques du  » Photo Project « , filez sur le blog de Lauriane et découvrez d’autres brumeuses photographiées   | L’Atelier . PP#4 © Mulot B.  | Bague et médaillon Kara collection METIS 2016

Photo Project #2

La fulgurance du passage de ces premiers jours de l’année 2016 est incroyable. Et pourtant, une impression de lenteur s’éternise dans la lumière qui décroit au fil des heures.

Le monde semble se figer, recroqueviller sur lui -même à mesure que les températures baissent. L’hiver approche et s’installe dans le fond de l’air et dans la lumière froide des matins en brume. Les toits de Toulouse pâlissent sous le vernis du crachin.

J’entame ce nouveau rendez – vous du challenge  » Photo Projet  » sur le thème   » bois « . Je suis une fille des villes par défaut, battre la campagne et marauder à la récolte comme lorsque j’étais enfant, me manque terriblement parfois.

Il n’empêche que la balade du dimanche s’est transformée en marivaudage au marché et promenade dans la ville rose. Sous une petite pluie glacée et entre 2 nuages gris, quelques courses pour grappiller des légumes & une ou deux branches d’ilex aux fruits mûrs.

Et au retour de cette sortie dominicale, la chaleur d’un café bien chaud et une tasse de thé bien citronnée,  et savourer le ronron chaleureux de la maison. Et se rendre compte de la chance d’avoir un endroit bien à soi.

photo_project_2_copyright_mulotBphoto_project_copyright_mulotB

Pour retrouvez toutes les balades du  » Photo Projet « , filez sur le blog de Lauriane et découvrez de quelles autres manières on se réveille  | Bois . PP#2 © Mulot B.

Color plant pop / Play

Bleu. Ce sera donc bleu pour ce nouveau défi lancé par Urban Jungle Bloggers.  Bleu de ciel, sans nuage dans un soleil radieux. De la couleur étaient les maitres mots de nouveau rendez-vous de juin.

 » Color plant pop  » – j’avoue que le  » pop  » m’a donné des ailes, j’ai eu envie de lever le nez de mes ouvrages et de me tourner vers le soleil  ! Une recréation colorée mettant en scène un pachyphylum silver moon ( j’adore ce petit nom, entre le pachyderme et un vague souvenir de breakfast at Tiffany’s  ) et un ceropegia. Ces deux plantes sont si singulièrement opposées en terme de fonctionnement : l’une semble figée dans le temps et pousse si doucement, tandis que l’autre est perpétuellement entrain de  » feuiller  » dans tous les sens et de manière effrénée.

color_pop_plant_MulotB.

Show your Gang / Play

Show your gang ! Quelques mots qui n’auront pas manqué de passer inaperçu pour les grandes amoureuses de folies végétales et de jardins intérieurs.

Un très joli challenge de mai, trusté par le joli duo Urban Jungle Bloggers composé d’Igor de Happy Interior Blog et de Judith de Joelix.com, et qui consiste à mettre en lumière nos closeries végétales et autres petits coins de verdure, dans notre quotidien. Une collection, je l’avoue, qui prend une grande place dans mon intérieur puisque mon salon est aménagé autours de deux grands étagères dans le style industriel, qui regroupent les plus robustes spécimens de la famille. Les plus fragiles et délicates sont installées, elles sur le manteau de la cheminée, abritées de la lumière directe et du passage.

En grande partie issues de boutures, parfois d’expériences sauvages, je les cultive en terre ou en eau, sans différence aucune. Le philodendron, à côté de la Remington, est ma toute première plante, issue d’un petit bout de bouture d’une plante de chez ma mère. Certaines me suivent imperturbables aux changements et aux déménagement successifs. Je sais exactement de qui elles viennent et pourquoi elles sont ici et à quel moment elles sont susceptibles de fleurir, c’est le cas de mon calathea aux splendides feuilles veloutées. Elles sont le reflet de mes humeurs du moment. Parfois l’étagère se vide pour laisser place uniquement aux succulentes qui moutonnent en petites plantes closes. Parfois je la remplis des plus exubérantes et productives d’entre elles, histoire de remplir l’espace.

Urban Jungle Blogger copyright mulotb

BD & pirates en folie / Marque Me

Il existe une myriade de jolies professions. De celles qui racontent de jolies histoires, entre deux océans, des aventures de croque-mitaines, de chevaliers intrépides et de pirates en goguette. Silencieux et discrets sont ceux qui pratiquent ces métiers où l’imagination et la richesse intérieure sont deux qualités essentielles pour créer la magie d’un album ou d’une BD.

Tant de magie prête à sourire, et pourtant les auteurs et les dessinateurs ne l’ont plus forcement à la bouche – cf. Telerama de décembre 2014.  L’offre sature le marché des publications BD, et beaucoup peinent à suivre le rythme tout azimut de ces grandes maisons d’édition, qui inondent les librairies et davantage encore les grandes chaines, de parutions pas toujours très accrocheuses, parfois même un peu médiocres. Le temps des collections et séries à rallonge peinent à maintenir leur existence, et déjà apparaissent les mangas, parutions et autres BD jetables , trop vite consommées.

De cette uniformisation, nous ne retiendront que l’émergence de petites boites d’édition où chaque bande dessinée – redonnons lui toutes ces lettres de noblesse – est pensée et réfléchie, une histoire bien ficelée & un joli graphisme. Et souvent mis en avant par nos petites librairies qui aiment choyer leurs auteurs et défendre leurs coups de cœurs. Une échelle, certes plus modeste, mais une qualité incontestée dans les tirages, les histoires et les auteurs défendus de ces pépinières à talents.

C’est le cas, par exemple de la maison d’édition Makaka 2.0 qui représente une chouette écurie d’auteurs et de dessinateurs qui montent, qui montent ! De l’aventure au programme, cette maison d’édition tournée vers le jeunesse, mais pas que, se targue d’avoir remis au goût du jour les livres / BD dont vous êtes le héros ! Heureuse découverte, pédagogique et pleine de bon sens, le partage d’un album entre génération nous rappelle combien il était sympathique de découvrir le fil d’une histoire, sur les genoux de son papa,  ou de se caler dans son petit lit, pour bondir d’images en images, tout en apprenant à déchiffrer laborieusement de nouveaux mots.

Une BD à suivre, Pirates du dessinateur Gorobeï  & scénariste Shuky – un univers entre mers & terres, aventuriers courageux et entourloupes de flibustiers. Un graphisme drôle et coloré, plein de jolies images et de personnages attachants. A recommander, en cette période de cadeaux et autres petites attentions sympathiques !

Pirate_Makaka_copyright2Pirate_Makaka_copyright copie

Et comme les éditions Makaka sont sympas, j’ai le plaisir de vous faire gagner un exemplaire de la BD Pirates Tome 3, dédicacée par Gorobei ( qu’on aime particulièrement ici ) et 3 jolis posters de la série. A vous de jouer, en laissant un petit commentaire sous ce post et en likant les pages de Makaka Editions et Mulot B.

Retro / Summertime

Voila ! Avec la fin de l’été, le jeu du summertime se met en sommeil le temps d’un hiver. Pour ce dernier défi estival, j’ai choisi donc broder mon summertime autours de l’esthétique, une esthétique toute particulière, l’image telle que je le conçois, de la féminité.

J’ai toujours en tête une silhouette bien dessinée, pas nécessairement mince, chic et pourtant  » trendy « , pas forcément maquillée mais plutôt lumineuse, de la fraîcheur, un joli maintien et le menton haut pour un joli port de tête.

J’aime les femmes légèrement apprêtées, juste ce qu’il faut, sans pour autant avoir l’air d’être déguisé et perdre son aisance naturelle. Un style simple et des lignes pures, rien de chargé qui fasse écran à celle qui porte les vêtements, inutile de  » s’oublier « .

Il y a aussi le geste, une gestuelle gracieuse sans pour autant non plus danser un ballet à chaque mouvement, un rire charmant et un œil plein d’assurance. Un jeu de funambule ou l’assurance et le respect de soi sont des cartes essentielles dont il faut parfois user avec équilibre.

Comment jouer pour ce dernier summertime ? Retrouvez toutes les règles sur ce post ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous, une dernière fois, au travers de la toile vers d’autres univers & summertime que j’ai aimé redécouvrir chaque weekend : Merci Pétale sur un fil, Merci Créat’it, Merci Sur un blog perché, Merci 42to43, Merci Pas à pas, le chemin, Merci Lulu la lucette, Merci Lili Plume. Merci à toutes !

Greene Milton - Jean Pachett_BO_Khol Tom Palumbo_sautoir_cobalt Rutledge_Richard_Mulotb_braceletsHalo

Greene Milton / Tom Palumbo / Rutledge Richard / Collection COLOR Mulot B.

Summertime / Play

Avant dernier dimanche de septembre, et déjà l’été se termine. Notre jeu estival, le summertime, va bientôt prendre fin et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé chacune d’entre vous durant cet été.

Partager un bout du quotidien, une vision, parfois des sentiments liés à des événements d’une vie réelle qui nous occupe particulièrement, est un lien tissé tenu mais fort dont j’aime mesurer la solidité chaque année. Il est semblable à une amarre  que j’ai plaisir à lancer vers vous, chaque été, et que vos mains tendues retiennent à leur tour. Merci.

Ce dimanche sera donc presque le dernier rendez-vous. Mon summertime se passe, encore et ce n’est pas très original, à l’Atelier – j’y dormirais presque. J’ai fait une pause en scrutant mes petites protégées qui n’en finissent pas de pousser et de s’épanouir. Qu’il est gratifiant de voir ce que que l’on plante et ce dont on s’occupe, donner des fleurs, naitre une pousse et grandir. Récolter les fruits de son travail et de ses attentions. La vie n’a jamais aussi bien tiré ses maximes de notre quotidien et de ce que l’on chérit.

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Barbibouille, My first box, Pas à pas le chemin, 42 to 43.

Mulot_B_suculentes3 Mulot_B_suculentes_donotcopyMulot_B_suculentes_donotcopy Summertime12_Le_douanier_rousseau_la_charmeuse_de_serpent

Succulentes / Mulot B. / La charmeuse de serpent / Henri Douanier-Rousseau

Montréal / Summertime

Dimanche. Un ciel éclatant de bleu, et le soleil doré de septembre. La même lumière que celle qui nous a inondé, il y a quelques mois, à Montréal au Canada. Autre temps, autre latitude, une ville à part, suspendue.

De ce périple, dont je laisse défiler les images devant moi, je retiendrais l’extraordinaire sentiment d’empathie. Chacun regarde l’autre, chacun veille, chacun pose une main sur l’épaule de celui qui le précède, et lui murmure  » je suis là, je veille « . Qu’il est bon de ne pas tout le temps être sur ses gardes, baisser les poings, lever le tête et regarder le ciel dont les flèches des gratte-ciels inspirent l’ingéniosité d’une Montréal vibrante d’idées.

Et si Montréal, le Québec, le Canada était le nouvel  » el dorado  » d’une France qui s’étrangle et qui peine à imaginer, s’imaginer, se ré-inventer d’une autre manière. Différente, plus libre, plus solidaire, où chacun célèbre la réussite de l’autre, accepte d’expérimenter et d’entreprendre. Un nouveau pays, an european dream …

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Pétale sur un fil, Lulu la lucette , Pas à pas, le chemin et Ramage.

Montreal_Canada_14_09 Montreal_Canada2_14_09 Montreal_Canada4_14_09Montreal_Canada3_14_09

 » Voici planer le vol de l’ombre sur la ville.

Le soir, le front nimbé d’étincelants joyaux illumine l’amas des foules qui défilent dans l’affreux nonchaloir qui succède aux travaux.

Montréal, ruche en fièvre où fourmille l’essaim des puissances hétérogènes de la vie, Montréal lumineux réseaux et luisants pavés, ruissellements diffus des faisceaux des lumières, ville aux cents carrefours dont les blanches artères, roulent confusément des peuples énervés.

Montréal, lourde nuit, violons, guitares, bars béants, reflets roux sommeillant aux vitraux  »

Montréal 2014 / Mulot B. / Les soirs rouges / Clément Marchand / 1930

Atelier / Summertime

La semaine a été pour le moins tonitruante, et l’atelier n’a jamais été aussi éparpillé, rangé, bousculé pour être de nouveau remis en place.

Je travaille, en ce moment sur la nouvelle collaboration 2015 avec la maison Louise Dentelle. Une nouvelle collection de robes doivent être serties et parées.

Et déjà, octobre s’annonce avec 3 dates d’événements qui me tiennent tout particulièrement à cœur : Le Oh My Blog Tour à Toulouse prévu le 4 octobre, Le Ouiii Atelier les 18 et 19 octobre à Nice, et La Noce le 25 octobre, à Marseille. Un mois d’effervescences, de beaux projets qui prennent corps et de rencontres fertiles ( Malmö & Lulea, édition 6 frémit de nouveau pour renaitre ).

Et pourtant malgré cette cavalcade, j’ai plaisir à retrouver le refuge de mon atelier. Il y règne un silence bienséant, propice à cet instant où le souffle manque et la pause devient nécessaire. Pipa ne s’y est pas trompée, occupant docilement le fauteuil par son indolence de jeune chatte. Un summertime placé, donc, sous le signe de la création isolée et intime de l’atelier, lieu de bric-à-brac de l’idée où reposent les inspirations non réclamées, en attente d’une étincelle et d’un bijou à façonner.

Comment jouer ? Retrouvez toutes les règles du summertime ( un cliché / un œuvre ) et promenez-vous au travers de la toile vers d’autres univers : Créat’it, Lulu la lucette, Pétale sur un fil, Pas à Pas, le chemin … et Sur un blog perché.

Hugo_Erfurth_Cartier-Bresson_Kalter copyright Property Mulot B. / do not copy.

Otto Dix dans son atelier / Hugo Erfurht / Henri Matisse / Henri Cartier-Bresson /        Annette Messager / Marion Kalter / Pipa à l’Atelier / Mulot B.