Archives du mot-clé createur

Le sens des choses / Mulot B. speak !

Il y a les jolies images ( merci Marie ) et les endroits que l’on aime. Et le plaisir de les partager avec vous, surtout.

Il y a des endroits chéris que l’on ne se lasse pas d’aller visiter, des adresses secrètes où l’on aime se donner rendez-vous avec de jolies choses.

‘La manufacture du Beau&de l’Utile’ est une adresse que j’aime tout particulièrement car elle ne ressemble à aucune autre à Toulouse, ni même ailleurs, je crois.

Elle est le reflet exact des goûts et de la personnalité d’Hélène – un sorte de carnet de ce qu’elle aime et de ce qui l’inspire, matérialisé dans une sélection qu’elle nous offre dans sa boutique.

Y exposer est toujours un beau projet pour moi – un projet qui me touche particulièrement car trouver une place parmi la collection si bien pensée d’Hélène, c’est comme me dire que mes bijoux sont davantage que ce qu’ils sont.

De jolis objets, certes.

Mais aussi de la réflexion, de la cohérence sur le fond comme sur la forme, des inspirations et des interprétations, de la recherche et surtout du sens. Car ce sens, c’est avant tout ce qui nous fait ‘marcher’, artisans et créateurs. C’est ce qui nous fait chercher et rechercher encore, ce qui motive notre travail et rythme notre quotidien.

C’est aussi ce que l’on partage avec vous, une histoire au travers d’un objet et son sens, et surtout l’écho que cela fait résonner en vous.

Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB. Exposition ‘Antioche’ à La manufacture du Beau&de l’Utile, du 7 au 31 mars 2018 | Images de Marie Marchandise du blog Chez vous chez moi

Demains / La Ville Rose

‘Demains’ est un joli projet, dans la ville rose.

‘Demains’ ne date pas d’hier car déjà et bien avant, Elodie avait ce désir de vouloir pousser les portes closes d’ateliers et de rentrer dans ces sortes de laboratoires à idées.

Ces lieux divers où l’artisan, ce créateur, a toujours expérimenté, raté, abandonné, perfectionné, accomplit ou mit en forme.

Un envers du décor qui abrite tout ce que l’artiste ne montre pas derrière ce qu’il réalise. L’anti-chambre de la création.

‘Demains’ est donc la suite de ce qui est aujourd’hui, un engagement et un combat. Redonner une valeur à l’objet, un sens moral au geste, et une démarche à celui qui choisit de le posséder.

Dans son livre ‘Poésie d’atelier’ ( au-édition, paru en 2011 ), Elodie posait son regard sur la permanence de 10 créatrices originaires de la région Occitanie.

Sorte de carnet où la conversation silencieuse des photographies de Hortense Soichet entrait en résonance avec les dialogues retranscrits, entre Elodie et les différents artisanes. Ce livret esquissait, déjà, en images et en quelques mots, le projet abouti de ‘Demains’.

Aujourd’hui, ‘Demains’ existe virtuellement sur la toile et sincèrement au travers du travail d’Elodie – la maroquinerie – et des éditions limitées d’objets qu’elle propose.

Il se prolonge aussi au travers d’interviews de créateurs et artistes engagés dans ce même désir de valoriser une idée et de la réaliser, tout en mettant en lumière un objet issu de leur échange.

A découvrir, encore, toujours et demain.

Demains_1Demains_2

Poésie d’atelier, Elodie Marville octobre 2011 |  Retrouvez le projet ‘Demains’ en ligne ici

Inspiration Bleu / Mulot B. speak !

Greek spirit.

Il y a ce blanc qui brûle l’oeil et éblouit le soleil lui-même. Il y a le bleu enivrant du ciel dans la mer. Il y a les cordages qui hissent haut la fierté du pays. Il y a le blanc et le bleu qui claquent dans un jeu de lignes régulier. Il y les mâts des bateaux qui tanguent dans l’horizon et l’odeur de la corde mouillée par le sel de la mer.

Edition_Juillet_Erik SchottstaedtEdition_Juillet_LapisEdition_Juillet_Seaport_Ouur_MediaJuillet_LAPIS_BO_V

Let some light in, Erik Schottstaedt | Greece, Anonymous | Blue, Raschetti Fabrizio | Ouur, Photographer Charlie Schuck, Stylist Ashley Helvey, Art Director and Designer Jennifer James Wright, Creative Director Nathan Williams | LAPIS limited edition, Mulot B.

A soi / Diary

Je me souviens de ce choix comme d’une évidence, la certitude de prendre une bonne décision et de faire ce qui était bon pour moi.

Un choix complètement à l’opposé de mon quotidien si prévoyant, si calculé. Du long terme bien défini, pour ne pas dire tout tracé.

Et puis, la décision.

Créer mon entreprise, gérer mon activité, travailler sans filet, voir à court terme, sans jamais rien lâcher. La fierté des compliments, les bonheurs des encouragements, les premières ventes aussi.

Du début jusqu’à la fin : penser, choisir, créer, communiquer, vendre et comptabiliser.

Tout à faire et tout à construire. Tant à faire et tant à construire.

S’absorber dans son travail, ne faire plus qu’un et se perdre, peu à peu, dans le prisme de sa passion. Et puis tomber, encore et encore dedans.

Il est finalement assez drôle de se rendre compte que le seul et unique bijou que je ne me sois jamais confectionnée, en huit ans d’existence, ne soit  autre qu’une petite bague faite d’un fil d’or et d’une petite forme stylisée en croix.

J’ai littéralement épousé, je crois, ma passion, mon travail.

Au début, ça ne m’était pas flagrant. Et puis, au fur et à mesure, c’est devenu si réel, tellement présent au quotidien.

Trop réel. Il faut parfois savoir souffler et se dissocier de cette passion bien exigeante, tout en gardant en tête ce que nous impose le métier.

Il m’est bien difficile de savoir,  ces derniers temps, comment conjuguer les deux.

Il me semble, depuis quelques mois, que je souffre davantage de cette exigence quotidienne et de ces habitudes qui place le travail bien en premier. Difficile de changer les automatismes mais peu à peu, je commence à réfléchir différemment et à identifier le geste, la parole ou la pensée qui me va conditionner à revenir sans cesse au travail.

Nous sommes ce que nous faisons, c’est encore plus vrai pour les artisans, et cette limite est si franchissable.

J’essaye de re-apprendre à aimer avant de faire, et surtout de regarder au delà de la limite de mon établi. C’est parfois bien difficile.

Diary_a_soi

Bague Marigold, Collection Halo |  Images Mulot B |  Coming soon

Révolution Textile / Mulot B. speak !

Dans révolution, il y a le son  » rêve « , et quoi de plus joli mot que de pouvoir rêver d’un beau duo avec la très responsable marque  » La Révolution Textile « .

Une marque de prêt-a-porté au branding impeccable & labellisé, dont la démarche éco-responsable s’inscrit dans cette prise de conscience qui s’amorce et qui interroge notre manière de consommer.

Une ligne de vêtements réfléchie et humaniste qui défend la logique de proximité, et un retour au savoir-faire maîtrisé et respectueux.

Quand Myriam, fondatrice de la marque, m’a contactée pour participer à la mise en image de sa nouvelle collection, ce fut comme une évidence.

Une collection inspirante et enjouée, aux airs d’escapades ensoleillées et de villégiatures à l’océan, sous le regard de Virginie Sannier, faiseuse de belles ambiances et jolies images.

Une équipée de talents et de bonnes humeurs – Sarah Fekir, MUA au style impeccable, la jeune et jolie Karen aux airs tendres de débutante, et quelques pièces aux coloris pastels de la collection Halo pour compléter les looks décidés par Myriam.

J’aurais l’occasion, bientôt, de vous dévoiler ce moment de travail, sous un ciel sans nuage et un vent de folie, dans une vidéo rythmée par quelques notes inspirées par une célèbre tropézienne ( et avec le concours de mon talentueux webmaster / webdesigner Benjamin Peré ).

En attendant, je vous laisse profiter des chouettes images de Virginie & des jolies pièces intemporelles de la nouvelle collection estivale de La Révolution Textile.

Collection Printemps- Eté 2017, La Révolution Textile |  Images Virginie SannierDSC_0584DSC_0606DSC_0430DSC_0469DSC_0148DSC_0614

L’Atelier 2017 / Mulot B. speak !

L’atelier. L’espace partagé.

Un espace où chacune occupe une partie d’un ensemble.

Une adresse sur le papier, une adresse au creux d’une rue mignonne où s’égrènent des numéros et des numéros.

Au 120, il y a nous. Je dis nous, parce que nous sommes ensemble. Nous l’avons décidé ainsi. Pour être plus fortes, pour former un tout, pour se serrer les coudes.

Il y a de la lumière.

Il y a de l’ordre et il y a du bazar, et il y a du bazar ordonné.

Il y a aussi France Inter et la musique qui rayonne. Les goûters et les goûters du vendredi. Le thé et l’eau dans le bocal pour remplir la théière qui ne passe pas au micro-ondes. L’évier beaucoup trop bas et le robinet qui inonde parfois la cuisine.  Il y a le ronron de la découpeuse et les journées tropicales lorsque le four à céramique monte en cuisson. Il y a aussi les journées maillots de bain, lorsque le four redescend après une cuisson. Il y a des petits coups de mous, des grands coups de rire. Il y a Jean Gui-Gui qui passe. Il y a Mamie grincheuse et Papi qui font la course, sur le trottoir. Il y a les petits mots scotchés à nos bureaux et il y a les gros mots qui nous font rire.

Et puis, il y a un vélo avec le petit siège d’Augustin. Il y a  aussi parfois les copines, les amies et les amis qui passent, qui goûtent ou qui boivent. Il y a très rarement quelques larmes mais toujours suivis de près par une chocolatine.

Il nous reste six mois avant la fin du premier bail de notre atelier. Six mois à partager l’espace, les jours et les sourires. Je les compte mais je ne veux pas y penser.

Au 120, il y a donc notre atelier, un espace partagé par trois petits mains et trois grands coeurs qui battent ensemble, celui de Fanny, de Virginie et le mien.

LatelierLatelier_3Latelier_2

HALO / Mulot B. speak !

Il y a ce que l’on a dans la tête et il y a ce que l’on a dans les mains.

Il y a ce que l’on a dans la tête, bien avant que ce que l’on pourrait réaliser et avoir entre les mains.

Et puis il y a l’envie aussi. L’envie de faire autrement, de faire mieux. Un travail plus exigeant, plus abouti encore techniquement. Marquer la différence, tout en gardant la même originalité, le même élan créatif.

La collection Halo est donc une nouveauté. Une nouveauté dans tous les sens du terme. Nouveau thème, nouvelle image mais aussi nouveautés techniques pour un rendu plus précieux. Car le challenge était là, depuis 2 longues années,  se défaire du manque de lumière, s’éloigner des standards et aller vers de la précision.

J’ai voulu cette collection plus précise mais aussi plus précieuse, puisque l’ensemble des pièces créées sont plaquées à l’or fin, en série limitée. La qualité d’impression de chaque estampe est calibrée – ovale et ronde – pour un rendu féminin.

Les pierres sont un mélange de quartz fumé, de quartz et d’agate teintée, façonnées en taille ronde pour un rendu sobre.

Une collection simple aux lignes pures et aux couleurs vivantes, que l’on retrouve dans ce halo de lumière que l’on voit dans le reflet d’une transparence ou de la surface de l’eau.

Cette nouvelle direction a un coût – il faut savoir risquer parfois tout ce que l’on a pour se réinventer – et j’espère que cette charge ne pèsera pas trop lourd dans votre ressenti. Il y a un coût … El y a aussi le risque de ne plus vous plaire et peut être même de vous perdre sur cette nouvelle route. Il faut savoir réinventer les choses, nos histoires, pour mieux exister.

J’ai choisi de vous faire confiance, et de croire en vous et en vos encouragements qui ne m’ont jamais quitté depuis ces 7 dernières années. Les gestes, les sourires, la bienveillance ont toujours fait partie de notre aventure. Je pars donc sur cette nouvelle route en vous donnant la main, toujours, car je sais que vous êtes là avec moi.

Et pour les curieux qui souhaitent jeter un coup d’oeil sur le carnet d’inspiration de cette collection Halo, en attendant la sortie de la collection prévue pour le 4 février,  je vous invite à venir tourner les pages de mon pinterest Mulot B .

Collection H A L O . Ambiance I & II par Mulot B. | Porcelaine Atelier Halo | Image Mulot B. 2017

Ambiance_2 MOD3Halo_collection_2

 

 

Encourager / Mulot B. speak !

Encourager.

Encourager quelqu’un d’un geste, l’inciter à persévérer.

Favoriser une action, une activité, en stimuler le développement.

Et dieu sait que les encouragements sont essentiels pour nous, de l’autre côté du miroir. Car seuls avec nous-mêmes, il est parfois tellement dur d’avoir du recul. Tant de miroirs aux alouettes, tant de reflets déformés chaque jour qui nous transmettent de belles mais fausses images.

Déjà, les premiers jours de l’année sont passés et la frénésie repart de plus belle. Nous sommes sollicités de toute part et de bien des manières. Sacrifier les voeux de la nouvelle année a de nouvelles formules et de belles annonces à prix imbattables.

Mais qu’en est-il, pour nous autre ? Les petits, si petits et si fragiles. Ebranlés par tant d’offres et de jolies sirènes, difficile pour nous de vous proposer autant d’étoiles à prix cassés. Ce message nous revient régulièrement. Allez – vous faire des soldes ? J’ai eu beau retourner, dans ma tête, la question à plusieurs reprises, elle n’a pas rencontré de réponse positive.

Non, je ne ferais pas de soldes. Parce que mes prix sont calculés au plus juste, car je veux pouvoir offrir au plus grand nombre, le plaisir de s’offrir un bijou original, en faible tirage, à chaque moment de l’année et pour autant de circonstances.

Non je ne ferais pas de solde, car solder pour attirer et séduire, ou encore exister, je n’en ai pas les moyens. Bien sûr que j’aimerais, mais pour certains qui me suivent depuis bien des années, vous savez que chaque création est bien plus qu’un objet manufacturé.

Non, je ne ferais pas soldes car je ne veux pas sacrifier à l’idée que je me fais de mon travail. Vous offrir le meilleur et m’offrir le juste cachet.

Brader, ce n’est pas offrir et ce serait indigne de vous. Vous qui m’avez encouragée durant ces sept dernières années, par des mots et le geste engagé d’acheter.

Collection Tsigan, Mulot B. |   Les coudes sur la table, le 3 décembre  | Image Virginie Sannier

solder_ou_non_solder1solder_ou_non_solder2solder_ou_non_solder

Faire et défaire / Mulot B. speak !

De l’importance de savoir s’organiser – tout en douceur.

Savoir faire, sans défaire.

Car il bien difficile parfois de ne pas s’emmêler les pinceaux pour celui qui souhaite optimiser son emploi du temps.

Sachez que pour bien organiser son travail, il faut avoir déjà rangé un peu et fait du tri, dans sa tête.  Il n’y a pas de secret pour être organiser. Tout commence par le tri de ses idées, de ses envies et de ses objectifs.

De l’équilibre. Cet équilibre périlleux et qui parfois nous échappe. L’équilibre des forces et des priorités. Une sorte de mécanisme de la vie, où chaque petit geste prend son rôle très à coeur. Pour 2017, j’ai revu mes priorités, changer mes objectifs. J’ai laissé tomber tous ces gros mots et ces grandes phrases, et je me suis demandée quels étaient plutôt mes essentiels.

Dans quelle direction, je souhaite porter mon regard, et surtout qui et quoi regarder ? J’ai rangé mon calendrier – celui qui planifiait les 12 prochains mois de ma vie, aux millimètres près. J’ai sorti mon carnet à griffonner ainsi que mes jolies notes volantes, celles qui me permettent d’attraper les idées en vol lorsque celles – ci s’éparpillent en nuée confuse et évaporée.

J’ai réfléchi à la manière d’aborder les choses, peut-être se laisser porter davantage par les projets, les gens et les idées. Laisser aussi les occasions se présenter, plutôt que de forcer l’étincelle. Ecouter davantage ce que me murmure mon coeur & mes préférences, ce que j’aime et ce qui me plaît. Il est toujours plus plaisant de faire grandir un projet lorsque le sujet de celui -ci résonne en vous très fort.

Peut-être devrais-je cesser d’utiliser le mot  » devoir  » à tout bout de champ et le remplacer le plus souvent par  » aimer « .

Chaque chose a une place, il est vrai. Reste à savoir quel est l’importance que l’on accorde à tout ce qui remplit notre vie. Savoir faire et se défaire.

Ma petite May du chouette blog Vie de Miettes et mes deux acolytes de toujours – Moustache & Roquefort – vous ont concocté un petit semainier à télécharger. Histoire de s’aider à y voir plus clair et à démêler toutes ces idées échevelées.

À imprimer sans modération.

faire_defairefaire_defaire1faire_defaire3souricette2

 

Inspiration / Mulot B. speak !

Le printemps s’étire et demain nous fêterons l’été. Je travaille actuellement sur la nouvelle collection. Des inspirations typées, une palette forte et violente, du bruit et des voix de femmes. Elles chantent, psalmodient et dansent en ronde.

Les prototypes sont prêts, les pierres enchâssées et je travaille actuellement sur la réalisation du shooting photo, de son ambiance, de ses prises de vues à choisir et toute son histoire à vous faire découvrir.

En attendant de pouvoir vous en montrer plus et surtout de pouvoir vous dévoiler les photographies issues de la séance, quelques images collectées de-çi de-là pour vous donner une idée de l’inspiration qui a nourri la création de ces nouveaux bijoux.

MulotB_Collection_hiver16 MulotB_Collection_hiver16(2)Sans titre, Julia Trotti | The Roma Journey, Joakim Eskildsen | Peony study, Courtney Tight |  Anonymous | Anonymous | Anonymous | Marion Cotillard pour W, Tim Walker