Archives par mot-clé : bijoux mulot b.

Regard croisé / Journal

Mon regard. Et leur regard.

Mon regard et leur regard se croisent enfin.

Se voir et se reconnaître est une première marche vers l’acceptation de soi.

Il était enfin temps pour moi de me regarder dans les yeux.

Se voir et se reconnaître, c’est prendre conscience de soi et surtout prendre confiance en soi.

Ce que ne disent pas les images.

Lorsque j’ai reçu la galerie des photographie de Marine Arbiorio dit MÖNA , elles m’ont troublée. Parce qu’elles étaient belles et parce que mon premier réflexe a été de les regarder avec un oeil professionnel.

Et parce qu’en une fraction de seconde, mon regard a basculé et  pour la première fois, je me suis reconnue enfin.

Au travers de l’oeil photographique, face à moi, j’étais elle et elle était moi.

marie-mulot-54marie-mulot-43marie-mulot-17marie-mulot-77marie-mulot-70marie-mulot-11marie-mulot-89marie-mulot-112marie-mulot-128marie-mulot-136

Merveilleuse équipe. À l’image la jeune photographe Marine dit Möna, à la mise en beauté, Sarah Fekir qui me comprend tellement bien, depuis longtemps. Mention spéciale pour le lieu d’accueil, mis à disposition, par le caustique et talentueux Alexandre de Le Labo Ephémère.

 

Naïade / Mulot speak !

Chronique ondine.

Au bord de l’eau, dans l’ondée fraîche du soir qui s’endort, frémissent les jambes nues de la selkie, naïade des mers froides. Tandis qu’elle piétine le reflet pâle de la lune et danse les bras levés au ciel pour accueillir l’été, le jour tombe dans les draps mouillés de la nuit.

Cours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNACours d'eau - Photographe MÖNA

La photographe – Marine Arbiorio dit MÖNA

« La photographie est une brève coïncidence entre la prévoyance et le hasard  » John Stuart Mill.

Photographe spontanée où l’instantané s’exprime dans le geste comme dans l’image, Marine possède un regard féminin et sensible. Cadrages et détails semblables aux tirages d’un minox, elle capture le non-visible, ce qui échappe, le fugace et le vivant.

Une photographe qui aime les silhouettes fluides, féminines et silencieuses dont le regard impose et affirme. De la très belle image assurément, mais surtout beaucoup de vibrance et de force.

Une main de fer dans un gant de velours.

Sitehttp://mona-comphoto.com

Cours d'eau - Photographe MÖNA

Le bijou – icône – Les boucles ROMA

L’évidence sensuelle des perles, leur irrégularité et la lumière nacrée de leur éclat semblables aux sourires antiques.

Des boucles qui ondulent et suivent les mouvements de tête, légères et mouvantes. Elles épousent et se fondent, quasi invisibles.

Site : Boucles Roma, Collection ‘ Dolve Vita ‘ – https://mulotbijoux.com

Cours d'eau - Photographe MÖNA

Jardin d’hiver / Mulot B. speak !

Juillet 2019. Jardin d’hiver.

De cette séance photographique, je retiendrais le souvenir d’une journée chaude et d’un collège de femmes choisies et inspirées.

La fraîcheur des fleurs, la vivacité d’un regard noir, les paillettes d’une lèvre maquillée, l’éclat d’un bijou et le froissement d’une étoffe riche.

De ce monde de femmes, d’un regard, l’étincelle est captée dans des instantanés d’images qui fixent la magie du moment – d’une minute capturée, d’un geste couché sur l’écran – à jamais, par l’appareil.

« Jardin d’hiver. Dans le secret d’un atelier, abrite la désinvolte tranquillité d’une femme et de son cœur, palpitant à chaque remous du monde. Au creux de ses bras, dans la courbe de son sein et d’une larme au bout de ses cils, naissent les rêveries terrestres d’une journée alanguie. »

Jardin d'hiver Jardind'hiver Jardin d'hiverJardin d'hiverJardin d'hiverJardin d'hiverJardin d'hiverJardin d'hiverShooting ‘ Jardin d’hiver ‘ | DA & image Madame Léon – design | Artisan floral Vert Autrement | MUAH Instax Make up | Bijoux Mulot B. | Vestiaire Atelier Swan | Modèle Margaux | Sous-vêtement Chichi Castelnango

 

Divine Dante / Mulot B. speak !

La genèse.

La source.

L’extrémité du fil que l’on saisit et que l’on égrène de ses doigts, que l’on fait glisser encore et encore, et qui nous permet de suivre le filament de cette idée.

Car tout part souvent d’une seule chose, d’un seul commencement – dans mon cas et à chaque fois – tout part d’un mot auquel je m’accroche.

‘Divine’ était mon point de départ.

Ensuite, il y a eu ‘Antique’, ‘Comédie’ et puis ‘Grâce’ et au fur et à mesure des mots, il y eut aussi des touches de couleurs, un rose chair subtil, l’incarnadin d’une joue et la blancheur de la peau.

Et puis, toutes les images – une page de plus à mon carnet Pinterest – les mains délicates, le détail en tulle d’une manche, Maria Callas, Elie Saab, Gustave Doré, des mains encore, les pages d’un herbier, des étoffes froissées, pliées, suspendues et étendues …

L’inspiration est là, et déjà la vision se précise vers une mise en scène simple et gracieuse, belle, directe dans la nudité de sa mise en forme.

Et puis, il y avait aussi ce besoin de faire ressentir les sentiments qui ont inspiré cette collection – Dante – la grâce ressentie durant les mois qui ont précédé sa création. Ces moments où la vie s’est déroulée et a grandi petit à petit, en moi.

Discrète et fragile d’abord, et puis forte et animée ensuite.

Telle le cheminement d’une idée, la vie a inspiré la création.

‘Dante’ est née de ma fille.

Dante_inspiration_3Dante_inspiration_4Dante_inspiration_2Dante_inspirationDANTE_copyright_MulotB.Nylon Tulle sockes Pan and the dream |  Photographe Anonyme  | Maria Callas Medea 1961 | Silk and Willow instagram | Magical Marocco India Kangaroo | Photographe Anonyme | Silk Organza Ruffled Sleeve Kimono Moda Operandi | Photographe Toino Abel  | Collection ‘Dante’ Mulot B. x The Berries and Paper Bazaar.

Le sens des choses / Mulot B. speak !

Il y a les jolies images ( merci Marie ) et les endroits que l’on aime. Et le plaisir de les partager avec vous, surtout.

Il y a des endroits chéris que l’on ne se lasse pas d’aller visiter, des adresses secrètes où l’on aime se donner rendez-vous avec de jolies choses.

‘La manufacture du Beau&de l’Utile’ est une adresse que j’aime tout particulièrement car elle ne ressemble à aucune autre à Toulouse, ni même ailleurs, je crois.

Elle est le reflet exact des goûts et de la personnalité d’Hélène – un sorte de carnet de ce qu’elle aime et de ce qui l’inspire, matérialisé dans une sélection qu’elle nous offre dans sa boutique.

Y exposer est toujours un beau projet pour moi – un projet qui me touche particulièrement car trouver une place parmi la collection si bien pensée d’Hélène, c’est comme me dire que mes bijoux sont davantage que ce qu’ils sont.

De jolis objets, certes.

Mais aussi de la réflexion, de la cohérence sur le fond comme sur la forme, des inspirations et des interprétations, de la recherche et surtout du sens. Car ce sens, c’est avant tout ce qui nous fait ‘marcher’, artisans et créateurs. C’est ce qui nous fait chercher et rechercher encore, ce qui motive notre travail et rythme notre quotidien.

C’est aussi ce que l’on partage avec vous, une histoire au travers d’un objet et son sens, et surtout l’écho que cela fait résonner en vous.

Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB.Expo_Antioche_MulotB. Exposition ‘Antioche’ à La manufacture du Beau&de l’Utile, du 7 au 31 mars 2018 | Images de Marie Marchandise du blog Chez vous chez moi

Demains / La Ville Rose

‘Demains’ est un joli projet, dans la ville rose.

‘Demains’ ne date pas d’hier car déjà et bien avant, Elodie avait ce désir de vouloir pousser les portes closes d’ateliers et de rentrer dans ces sortes de laboratoires à idées.

Ces lieux divers où l’artisan, ce créateur, a toujours expérimenté, raté, abandonné, perfectionné, accomplit ou mit en forme.

Un envers du décor qui abrite tout ce que l’artiste ne montre pas derrière ce qu’il réalise. L’anti-chambre de la création.

‘Demains’ est donc la suite de ce qui est aujourd’hui, un engagement et un combat. Redonner une valeur à l’objet, un sens moral au geste, et une démarche à celui qui choisit de le posséder.

Dans son livre ‘Poésie d’atelier’ ( au-édition, paru en 2011 ), Elodie posait son regard sur la permanence de 10 créatrices originaires de la région Occitanie.

Sorte de carnet où la conversation silencieuse des photographies de Hortense Soichet entrait en résonance avec les dialogues retranscrits, entre Elodie et les différents artisanes. Ce livret esquissait, déjà, en images et en quelques mots, le projet abouti de ‘Demains’.

Aujourd’hui, ‘Demains’ existe virtuellement sur la toile et sincèrement au travers du travail d’Elodie – la maroquinerie – et des éditions limitées d’objets qu’elle propose.

Il se prolonge aussi au travers d’interviews de créateurs et artistes engagés dans ce même désir de valoriser une idée et de la réaliser, tout en mettant en lumière un objet issu de leur échange.

A découvrir, encore, toujours et demain.

Demains_1Demains_2

Poésie d’atelier, Elodie Marville octobre 2011 |  Retrouvez le projet ‘Demains’ en ligne ici

De la création / Mulot B. speak !

Il y a quelques semaines, lors d’un joli rendez-vous créatif à La manufacture du Beau et de l’Utile, j’ai rencontré Charlotte.

Charlotte est la créatrice de la marque de maroquinerie Mallow.

Charlotte est aussi une amoureuse de la création.

Au fur et à mesure de son cheminement entrepreneurial, une sorte d’état des lieux de la notion de création s’est imposée à elle comme dans une logique évidente.

Aujourd’hui, à l’heure où l’on défend le savoir-faire, la petite série, où l’on privilégie le geste et l’unicité,  comment défendre sincèrement l’idée même de la création ?

Comment justifier d’un coût, d’une approche ou encore d’une philosophie auprès des publics, confondus par la surproduction des marques largement relayée par les réseaux sociaux et les publicités ?

C’est la définition même de l’artisan qui est aujourd’hui bousculée, tiraillée par la valeur d’un travail, la visibilité nécessaire à sa survivance,  le rythme d’une consommation qui s’accélère sans cesse.

La nouveauté remplacée par la nouveauté, dans une cadence infernale et qui contribue à une sur-enchère. Une fébrilité dans nos achats, une incohérence dans nos besoins.

Un cycle qui va à l’encontre même de la notion de création – une idée ou un objet qui mature, une production qui s’élabore et se discute,  des étapes et des intermédiaires, et puis enfin l’objet.

J’ai parfois l’impression que nous sommes sur le fil, en lutte permanente avec un courant qui nous emmène vers un matérialisme insatiable et dont la nécessité n’est suscitée que parce que la société de consommation nous l’impose.

J’ai parfois l’impression que nous sommes pris dans une toile que nous avons nous-même tissée …

Mulot_B_Hoffman_PatriciaMulot_B_Patricia_HoffmanMulotB_Patricia_hoffmanMulot_B_Patricia_hoffman

Retrouvez le premier épisode sonore du podcast ‘Infusion Créative’ signé par Charlotte Mallow avec en invité Mulot B. ( surprise ). Le podcast avait pour thème la notion de création. Les images sont signées par la photographe Pascaline Hoffman.

Inspiration Bleu / Mulot B. speak !

Greek spirit.

Il y a ce blanc qui brûle l’oeil et éblouit le soleil lui-même. Il y a le bleu enivrant du ciel dans la mer. Il y a les cordages qui hissent haut la fierté du pays. Il y a le blanc et le bleu qui claquent dans un jeu de lignes régulier. Il y les mâts des bateaux qui tanguent dans l’horizon et l’odeur de la corde mouillée par le sel de la mer.

Edition_Juillet_Erik SchottstaedtEdition_Juillet_LapisEdition_Juillet_Seaport_Ouur_MediaJuillet_LAPIS_BO_V

Let some light in, Erik Schottstaedt | Greece, Anonymous | Blue, Raschetti Fabrizio | Ouur, Photographer Charlie Schuck, Stylist Ashley Helvey, Art Director and Designer Jennifer James Wright, Creative Director Nathan Williams | LAPIS limited edition, Mulot B.

Les petites choses / Diary

Pour conjurer le sort. Pour accompagner la vie. Les petites choses que l’on se récite gentiment pour se rappeler la vie sous une autre lumière. Et le sourire aux lèvres.

Pour moi, ça commence par des grains de poussière qui jouent le matin, dans la lumière. Les petits pas dansants du chat qui attend qu’une main le caresse. Le corps fatigué que l’on glisse dans les draps propres du lit tout juste fait. Le froid qui pique sur les joues, en hiver. Les petits ronds de lumière sur le mur. Le regard clair des jours de soleil. Le sac qui se balance, aux bouts des doigts, et qui contient ce petit pull si moelleux. Le t-shirt, à l’envers, du matin. Les bisous d’une moustache qui pique. Le crouton de la baguette que l’on croque sur le chemin du retour. L’eau froide d’un lac millénaire. Les yeux rouges après un film si beau. Les tartines de pain frais et le beurre qui n’en finit pas de fondre. La première cuillère de la première soupe de légumes de l’hiver. L’excitation et la porte que l’on ferme, sur le départ d’un beau voyage. Le frais du matin de la chambre que l’on aère. La chaleur du lit et le poids de la couette. Le souvenir oublié qui nous revient, là, maintenant d’un coup, sans raison. Les éclats de rire qui n’en finissent pas et le souffle qui nous manque …

Ecrire_2Les_petites_choses1Les_Heures

Révolution Textile / Mulot B. speak !

Dans révolution, il y a le son ‘rêve’, et quoi de plus joli mot que de pouvoir rêver d’un beau duo avec la très responsable marque ‘La Révolution Textile‘.

Une marque de prêt-a-porté au branding impeccable & labellisé, dont la démarche éco-responsable s’inscrit dans cette prise de conscience qui s’amorce et qui interroge notre manière de consommer.

Une ligne de vêtements réfléchie et humaniste qui défend la logique de proximité, et un retour au savoir-faire maîtrisé et respectueux.

Quand Myriam, fondatrice de la marque, m’a contactée pour participer à la mise en image de sa nouvelle collection, ce fut comme une évidence.

Une collection inspirante et enjouée, aux airs d’escapades ensoleillées et de villégiatures à l’océan, sous le regard de Virginie Sannier, faiseuse de belles ambiances et jolies images.

Une équipée de talents et de bonnes humeurs – Sarah Fekir, MUA au style impeccable, la jeune et jolie Karen aux airs tendres de débutante, et quelques pièces aux coloris pastels de la collection Halo pour compléter les looks décidés par Myriam.

J’aurais l’occasion, bientôt, de vous dévoiler ce moment de travail, sous un ciel sans nuage et un vent de folie, dans une vidéo rythmée par quelques notes inspirées par une célèbre tropézienne ( et avec le concours de mon talentueux webmaster / webdesigner Benjamin Peré ).

En attendant, je vous laisse profiter des chouettes images de Virginie & des jolies pièces intemporelles de la nouvelle collection estivale de La Révolution Textile.

DSC_0584DSC_0606DSC_0430DSC_0469DSC_0148DSC_0614Collection Printemps- Eté 2017, La Révolution Textile |  Images Virginie Sannier