Archives du mot-clé auto-entrepreneur

Baiona / Ca bouge !

Et à l’ouest, au bout, il y a l’océan.

Faire une pause pour respirer, faire circuler l’air dans ses poumons pour mieux aérer sa matière grise.

J’ai pris quelques jours, sur un coup de tête – sur un coup de cerveau, pour être juste – et je suis allée voir l’océan, là-bas.

J’ai posé mes valises à Bayonne, pour essayer de désembrouiller tout ça, en balayant d’un grand coup de vent et d’un grand bol d’air, les fils emmêlés de mes pensées.

Notre cerveau ne représente que seulement 2% de notre volume, mais il consomme à lui tout seul 20% de l’oxygène respiré. En anglais, n’utilise t-on pas le mot ‘brainstorming’ … cela veut tout dire. Respirer pour mieux penser.

Je me suis mise au vert, littéralement, en parcourant les allées du jardin botanique de Bayonne ou Baiona comme disent les basques.

Un jardin serti par les remparts, à l’abri des vents.

Il m’a fait pensé à ma tête ; un espace rempli de belles choses luxuriantes, d’encours en cours, d’images grisées et de couplets entêtants. Certains en attente d’être réparés, d’autres en attente d’une conclusion. Et autour ce rempart qui protège certes, mais qui empêche aussi d’étendre les projets, d’ouvrir de nouveaux espaces et d’horizons.

J’ai donc traversé la Nive et je suis arrivée sur la plaine d’Ansot. J’ai marché dans ses bois et ses champs, regardé les oiseaux et respiré à plein poumons pour mieux réfléchir.

C’est une étendue sans limite, parcouru de sentiers et d’idées qui cheminent, et de grands vents qui rougissent les joues et font briller les yeux.

C’est ainsi que j’aimerais pouvoir penser, sans limite et sans contrainte. C’est ainsi que je souhaiterais me sentir.

Inspirée et plus libre.

Baiona_MulotBBaiona_4Baiona_5Baiona_MulotBBaiona_8Baiona_6Baiona_MulotB

 

Demains / La Ville Rose

‘Demains’ est un joli projet, dans la ville rose.

‘Demains’ ne date pas d’hier car déjà et bien avant, Elodie avait ce désir de vouloir pousser les portes closes d’ateliers et de rentrer dans ces sortes de laboratoires à idées.

Ces lieux divers où l’artisan, ce créateur, a toujours expérimenté, raté, abandonné, perfectionné, accomplit ou mit en forme.

Un envers du décor qui abrite tout ce que l’artiste ne montre pas derrière ce qu’il réalise. L’anti-chambre de la création.

‘Demains’ est donc la suite de ce qui est aujourd’hui, un engagement et un combat. Redonner une valeur à l’objet, un sens moral au geste, et une démarche à celui qui choisit de le posséder.

Dans son livre ‘Poésie d’atelier’ ( au-édition, paru en 2011 ), Elodie posait son regard sur la permanence de 10 créatrices originaires de la région Occitanie.

Sorte de carnet où la conversation silencieuse des photographies de Hortense Soichet entrait en résonance avec les dialogues retranscrits, entre Elodie et les différents artisanes. Ce livret esquissait, déjà, en images et en quelques mots, le projet abouti de ‘Demains’.

Aujourd’hui, ‘Demains’ existe virtuellement sur la toile et sincèrement au travers du travail d’Elodie – la maroquinerie – et des éditions limitées d’objets qu’elle propose.

Il se prolonge aussi au travers d’interviews de créateurs et artistes engagés dans ce même désir de valoriser une idée et de la réaliser, tout en mettant en lumière un objet issu de leur échange.

A découvrir, encore, toujours et demain.

Demains_1Demains_2

Poésie d’atelier, Elodie Marville octobre 2011 |  Retrouvez le projet ‘Demains’ en ligne ici

De la création / Mulot B. speak !

Il y a quelques semaines, lors d’un joli rendez-vous créatif à La manufacture du Beau et de l’Utile, j’ai rencontré Charlotte.

Charlotte est la créatrice de la marque de maroquinerie Mallow.

Charlotte est aussi une amoureuse de la création.

Au fur et à mesure de son cheminement entrepreneurial, une sorte d’état des lieux de la notion de création s’est imposée à elle comme dans une logique évidente.

Aujourd’hui, à l’heure où l’on défend le savoir-faire, la petite série, où l’on privilégie le geste et l’unicité,  comment défendre sincèrement l’idée même de la création ?

Comment justifier d’un coût, d’une approche ou encore d’une philosophie auprès des publics, confondus par la surproduction des marques largement relayée par les réseaux sociaux et les publicités ?

C’est la définition même de l’artisan qui est aujourd’hui bousculée, tiraillée par la valeur d’un travail, la visibilité nécessaire à sa survivance,  le rythme d’une consommation qui s’accélère sans cesse.

La nouveauté remplacée par la nouveauté, dans une cadence infernale et qui contribue à une sur-enchère. Une fébrilité dans nos achats, une incohérence dans nos besoins.

Un cycle qui va à l’encontre même de la notion de création – une idée ou un objet qui mature, une production qui s’élabore et se discute,  des étapes et des intermédiaires, et puis enfin l’objet.

J’ai parfois l’impression que nous sommes sur le fil, en lutte permanente avec un courant qui nous emmène vers un matérialisme insatiable et dont la nécessité n’est suscitée que parce que la société de consommation nous l’impose.

J’ai parfois l’impression que nous sommes pris dans une toile que nous avons nous-même tissée …

Mulot_B_Hoffman_PatriciaMulot_B_Patricia_HoffmanMulotB_Patricia_hoffmanMulot_B_Patricia_hoffman

Retrouvez le premier épisode sonore du podcast ‘Infusion Créative’ signé par Charlotte Mallow avec en invité Mulot B. ( surprise ). Le podcast avait pour thème la notion de création. Les images sont signées par la photographe Pascaline Hoffman.

HALO / Mulot B. speak !

Il y a ce que l’on a dans la tête et il y a ce que l’on a dans les mains.

Il y a ce que l’on a dans la tête, bien avant que ce que l’on pourrait réaliser et avoir entre les mains.

Et puis il y a l’envie aussi. L’envie de faire autrement, de faire mieux. Un travail plus exigeant, plus abouti encore techniquement. Marquer la différence, tout en gardant la même originalité, le même élan créatif.

La collection Halo est donc une nouveauté. Une nouveauté dans tous les sens du terme. Nouveau thème, nouvelle image mais aussi nouveautés techniques pour un rendu plus précieux. Car le challenge était là, depuis 2 longues années,  se défaire du manque de lumière, s’éloigner des standards et aller vers de la précision.

J’ai voulu cette collection plus précise mais aussi plus précieuse, puisque l’ensemble des pièces créées sont plaquées à l’or fin, en série limitée. La qualité d’impression de chaque estampe est calibrée – ovale et ronde – pour un rendu féminin.

Les pierres sont un mélange de quartz fumé, de quartz et d’agate teintée, façonnées en taille ronde pour un rendu sobre.

Une collection simple aux lignes pures et aux couleurs vivantes, que l’on retrouve dans ce halo de lumière que l’on voit dans le reflet d’une transparence ou de la surface de l’eau.

Cette nouvelle direction a un coût – il faut savoir risquer parfois tout ce que l’on a pour se réinventer – et j’espère que cette charge ne pèsera pas trop lourd dans votre ressenti. Il y a un coût … El y a aussi le risque de ne plus vous plaire et peut être même de vous perdre sur cette nouvelle route. Il faut savoir réinventer les choses, nos histoires, pour mieux exister.

J’ai choisi de vous faire confiance, et de croire en vous et en vos encouragements qui ne m’ont jamais quitté depuis ces 7 dernières années. Les gestes, les sourires, la bienveillance ont toujours fait partie de notre aventure. Je pars donc sur cette nouvelle route en vous donnant la main, toujours, car je sais que vous êtes là avec moi.

Et pour les curieux qui souhaitent jeter un coup d’oeil sur le carnet d’inspiration de cette collection Halo, en attendant la sortie de la collection prévue pour le 4 février,  je vous invite à venir tourner les pages de mon pinterest Mulot B .

Collection H A L O . Ambiance I & II par Mulot B. | Porcelaine Atelier Halo | Image Mulot B. 2017

Ambiance_2 MOD3Halo_collection_2

 

 

Encourager / Mulot B. speak !

Encourager.

Encourager quelqu’un d’un geste, l’inciter à persévérer.

Favoriser une action, une activité, en stimuler le développement.

Et dieu sait que les encouragements sont essentiels pour nous, de l’autre côté du miroir. Car seuls avec nous-mêmes, il est parfois tellement dur d’avoir du recul. Tant de miroirs aux alouettes, tant de reflets déformés chaque jour qui nous transmettent de belles mais fausses images.

Déjà, les premiers jours de l’année sont passés et la frénésie repart de plus belle. Nous sommes sollicités de toute part et de bien des manières. Sacrifier les voeux de la nouvelle année a de nouvelles formules et de belles annonces à prix imbattables.

Mais qu’en est-il, pour nous autre ? Les petits, si petits et si fragiles. Ebranlés par tant d’offres et de jolies sirènes, difficile pour nous de vous proposer autant d’étoiles à prix cassés. Ce message nous revient régulièrement. Allez – vous faire des soldes ? J’ai eu beau retourner, dans ma tête, la question à plusieurs reprises, elle n’a pas rencontré de réponse positive.

Non, je ne ferais pas de soldes. Parce que mes prix sont calculés au plus juste, car je veux pouvoir offrir au plus grand nombre, le plaisir de s’offrir un bijou original, en faible tirage, à chaque moment de l’année et pour autant de circonstances.

Non je ne ferais pas de solde, car solder pour attirer et séduire, ou encore exister, je n’en ai pas les moyens. Bien sûr que j’aimerais, mais pour certains qui me suivent depuis bien des années, vous savez que chaque création est bien plus qu’un objet manufacturé.

Non, je ne ferais pas soldes car je ne veux pas sacrifier à l’idée que je me fais de mon travail. Vous offrir le meilleur et m’offrir le juste cachet.

Brader, ce n’est pas offrir et ce serait indigne de vous. Vous qui m’avez encouragée durant ces sept dernières années, par des mots et le geste engagé d’acheter.

Collection Tsigan, Mulot B. |   Les coudes sur la table, le 3 décembre  | Image Virginie Sannier

solder_ou_non_solder1solder_ou_non_solder2solder_ou_non_solder

Faire et défaire / Mulot B. speak !

De l’importance de savoir s’organiser – tout en douceur.

Savoir faire, sans défaire.

Car il bien difficile parfois de ne pas s’emmêler les pinceaux pour celui qui souhaite optimiser son emploi du temps.

Sachez que pour bien organiser son travail, il faut avoir déjà rangé un peu et fait du tri, dans sa tête.  Il n’y a pas de secret pour être organiser. Tout commence par le tri de ses idées, de ses envies et de ses objectifs.

De l’équilibre. Cet équilibre périlleux et qui parfois nous échappe. L’équilibre des forces et des priorités. Une sorte de mécanisme de la vie, où chaque petit geste prend son rôle très à coeur. Pour 2017, j’ai revu mes priorités, changer mes objectifs. J’ai laissé tomber tous ces gros mots et ces grandes phrases, et je me suis demandée quels étaient plutôt mes essentiels.

Dans quelle direction, je souhaite porter mon regard, et surtout qui et quoi regarder ? J’ai rangé mon calendrier – celui qui planifiait les 12 prochains mois de ma vie, aux millimètres près. J’ai sorti mon carnet à griffonner ainsi que mes jolies notes volantes, celles qui me permettent d’attraper les idées en vol lorsque celles – ci s’éparpillent en nuée confuse et évaporée.

J’ai réfléchi à la manière d’aborder les choses, peut-être se laisser porter davantage par les projets, les gens et les idées. Laisser aussi les occasions se présenter, plutôt que de forcer l’étincelle. Ecouter davantage ce que me murmure mon coeur & mes préférences, ce que j’aime et ce qui me plaît. Il est toujours plus plaisant de faire grandir un projet lorsque le sujet de celui -ci résonne en vous très fort.

Peut-être devrais-je cesser d’utiliser le mot  » devoir  » à tout bout de champ et le remplacer le plus souvent par  » aimer « .

Chaque chose a une place, il est vrai. Reste à savoir quel est l’importance que l’on accorde à tout ce qui remplit notre vie. Savoir faire et se défaire.

Ma petite May du chouette blog Vie de Miettes et mes deux acolytes de toujours – Moustache & Roquefort – vous ont concocté un petit semainier à télécharger. Histoire de s’aider à y voir plus clair et à démêler toutes ces idées échevelées.

À imprimer sans modération.

faire_defairefaire_defaire1faire_defaire3souricette2

 

Petit bijou / Mulot B. speak !

Quelques mots échangés, une idée puis deux, des encouragements, quelques images, de jolis fous-rires et voilà…

Le voilà, ce petit diy réalisé pour la nouvelle parution des éditions de Saxe. Un petit  pas à pas partagé avec la douce May de Vie de Miettes. Qui d’autre ? La complice de bien jolis projets et de quelques rêves bien éveillés. Je ne pouvais pas choisir mieux que cette petite étoile.

Et le voilà … Quelques pages rien que pour vous et une toute première expérience pour moi. Au détour de cette idée, le plaisir de vous transmettre un peu de moi, de mon univers mais aussi de mon métier. Le choix de cet objet – de ce bijou –  je le voulais précieux. Je le voulais  à la fois sincère et discret. Je le voulais aussi indispensable. Comme cet objet qu’inconsciemment on replace dans les cheveux pour se rassurer, que l’on touche pour se porter – bonheur et que l’on ajuste pour mieux plaire. Un peigne – bijou qui viendrait orner, à toutes, vos cheveux.

Dans une natte tressée, dans un carré bien lissé, au creux de l’oreille, dans le pli d’un chignon ajusté, dans une mèche sage, dans un accroche – coeur qui se rebelle, pour un rendez – vous galant, pour une séance de cinéma, pour un repas entre copines, pour le plaisir de se coiffer, pour s’aimer – un peu plus – dans le miroir, pour se faire belle, pour s’amuser, pour attirer un regard, pour appeler un compliment, pour soi, pour lui, pour elle, pour elles et pour eux. Le voila, donc, ce petit pas à pas qui j’espère vous plaira autant qu’il m’a plu de le réaliser.

Et puis, retrouvez dans ce très bel ouvrage d’autres projets créatifs à accomplir, mais aussi des billets d’humeur rédigés avec amour et des récits de jolis voyages aux horizons rêveurs par la belle équipe composée de May du blog vie de Miettes, Hélène pour mes jolis mômes, Camille de ritalechat, Noémi de trendymood et Zess de zess.

Do It Yourself Peigne - Bijou façon Mulot B. |  Image May Lopez | Webzine Saxe, n°1, décembre 2016 | Les éditions de Saxe

Edition_de_saxe_MulotBEdition_de_saxe_MulotBEdition_de_saxe_MulotB

Les Intemporels / Mulot b. speak !

J’ai le plaisir de vous présenter la nouvelle campagne  » Les Intemporels  2016  » vue par Christelle Claude, photographe du très joli site  » Les Filles au beurre salé « .

Les nouveaux motifs & vos petits bracelets refleurissent avec les beaux jours. Délicatesse des formes végétales – fleurs & feuilles – et toujours, les étoiles qui restent intemporelles.

Une vision douce et pleine de simplicité, où les rondeurs de l’enfance accompagnent les ors des bracelets. Une belle atmosphère comme suspendue en son vol. Et déjà, on semble entrevoir les sourires timides, derrière l’invisible de ces jolies modèles aux visages ronds de poupées.

Le travail de Christelle est ainsi, discret, temporel et rassurant. Tout est dans un détail, une bouche qui s’étire, une main qui frissonne et la lumière qui balaye les objets d’un calme quotidien.

Une très belle interprétation de la nouvelle collection  » Les Intemporels « . Merci Christelle pour cette très belle proposition & ce regard.

Les_intemporels_MulotB_©_Christelle_ClaudeLes_intemporels_MulotB_©_Christelle_ClaudeLes_intemporels_MulotB_©_Christelle_ClaudeLes_intemporels_MulotB_©_Christelle_ClaudeLes_intemporels_MulotB_©_Christelle_ClaudeRetrouvez le travail de Christelle Claude sur son blog ainsi que sur sa page facebook. Elle vend aussi ses très belles images sur sa boutique en ligne | Les intemporels . Mulot B © Christelle Claude

Inspiration METIS / Mulot b. speak !

Parfois c’est une couleur qui m’arrête. Parfois un détail. Parfois un motif, une posture, un objet ou une photographie.

Et puis, j’emmagasine les images,  je catalogue pourrait on dire. Je constitue pas à pas toutes ces influences qui pourront inspirer ma recherche, mon idée.

Pour ce nouvel opus, je voulais quelque chose de féminin – c’est une caractéristique qui revient, toujours et encore dans chaque collection. Mais je voulais de la force, et puis aussi de la couleur – ce rose aux tons de lie-de-vin – puisque c’était mon fil rouge.

Et puis il y avait ce besoin de chaleur, de lumière. Une lumière solaire, de celle qui réchauffe, une lumière bruyante, colorée et souriante.

Je vous invite à découvrir le cahier d’inspirations  qui m’a permis, pas à pas,  de constituer la nouvelle collection . M E T I S . Vous pourrez aussi y découvrir les images photographiées par Myrtille de l’agence DPCOM.

Pour l’occasion, nous avions réuni une petite équipe restreinte composée de Sarah Fekir pour le make up & hair, de moi pour les bijoux & styling et de la sublime Laetitia, modèle qui apporte toute la force & l’âme de la collection.

Inspiration_METIS_mulotBDesert de Nicole Franzen Photography | Styling Heather Nette King de Mike Baker / Fairfax Media | No title de Neil Aline | Front Luna de Sylvan Dieckmann

Mon lieu de travail / Mulot b. speak !

Créer sa propre activité nécessite quelques aménagements de vie. Nombreux sont les freelances et créateurs d’activités à commencer l’aventure dans leur salon, par nécessité matérielle ou par choix personnel.

Néanmoins il est important de signifier assez rapidement une limite dite de  » confort  » entre votre espace professionnel et votre espace personnel. Aménager un lieu de travail, dont l’usage ne sera dédié qu’à votre activité est indispensable. Il se pourrait rapidement que vous ne puissiez plus  » débrancher  » dans tous les sens du terme de votre activité, faute d’une vraie limite matérialisée entre votre sphère personnelle et votre espace de travail. L’idéal étant la réquisition d’une pièce où vous pourriez organiser votre bureau ou atelier. Cette limite est importante à mettre pour vous, certes, mais aussi pour votre entourage. Il faut qu’il puisse identifier votre espace de travail pour comprendre à quel moment vous travaillez et donc, ou vous n’êtes pas disponible pour le quotidien ( ne riez pas, on est jamais autant dérangé par les autres que lorsque l’on travaille à la maison ). Cette place  » à délimiter  » a toute son importance, tant psychologiquement – votre choix de vie devient concret dans tous les sens du terme – que matériellement – ça y est, vous y êtes enfin, votre projet s’anime.

En ce qui me concerne, j’ai 2 postes distincts matérialisés par 2 bureaux / secrétaires des années 50, trouvés chez Emmaüs pour une somme modique. Ils me permettent de pouvoir moduler mon espace de travail comme je le souhaite. L’un me sert uniquement à la création, une sorte de poste  » technique  » et l’autre aux tâches administratives. Il est important pour moi que c’est deux postes soient bien délimités afin que l’un ne parasite pas l’autre.

Mon atelier est aussi publique, j’y reçois régulièrement pour des commandes particulières ou des petits achats ponctuels. Il est donc important que les personnes que je reçois puissent se sentir à l’aise et non envahi par une foule de petites choses techniques ou de papiers empilés. De même que lorsque plusieurs commandes se présentent, afin de les préparer de manière optimale et surtout de ne pas perdre de temps, chaque tiroir a un usage bien définit : papiers de soie et emballages / étiquettes autocollantes et lettres marchandises / papiers administratifs.

L’ordre a donc une importance particulière comme vous l’avez remarqué. Plus votre espace de travail sera  » flou « , plus votre activité vous paraitra compliqué à gérer et à démarrer.  Donc, pas de panique, il n’est pas nécessaire de tout étiqueter mais juste de vous créer une place où travailler. Un espace à vous, réfléchi par vos soins, car c’est aussi ça, bien démarrer son activité !

Atelier_MulotB_2014